Le Partage des Connaissances
pour l'adaption aux changements climatiques

Analyse de la perception  de la vulnérabilité et des stratégies locales d’adaptation aux variations et changements climatiques. Cas des exploitations agricoles de la CR de Keur Moussa.

Analyse de la perception de la vulnérabilité et des stratégies locales d’adaptation aux variations et changements climatiques. Cas des exploitations agricoles de la CR de Keur Moussa.

Organisation Associé: Ecole Supérieure d'Economie Appliquée (ESEA ex ENEA)

Au Sahel, l’adaptation des communautés de base serait la solution face aux inévitables changements et variations climatiques et leurs effets négatifs sur tous les secteurs de la vie et particulièrement sur l’agriculture. Celle-ci est d’une importance capitale pour l’économie de la zone et pour l’atteinte de l’objectif premier des OMD avec la date butoir de 2015: Éliminer l'extrême pauvreté et la faim. C’est la raison pour laquelle, le Sénégal a mis en place le PANA en 2006, le PNIA (2011 -2015)  avec l’ambition, d’inscrire le secteur agricole dans « la trajectoire  de la modernité, de la durabilité et de la productivité fondée sur la protection de l’agriculture familiale et la promotion des entreprises agricoles ».

Dans la CR de Keur Moussa, les agriculteurs développent des stratégies d’adaptation. Ces stratégies (individuelles ou collectives) sont des mesures de correction ou d’anticipation des aléas. Ce document vise à analyser ces différentes pratiques locales de recherche de résilience. L’intention étant de faire le point sur l’efficacité  des actions de lutte antiérosive, des bonnes pratiques agricoles et de la dynamique organisationnelle  sur la résilience des exploitations agricoles. La méthodologie de la recherche a consisté à faire une revue des documents traitant de la question et à effectuer des enquêtes de terrains pour collecter des données qualitatives et quantitatives auprès des chefs d’exploitations agricoles, des chefs de villages et des structures intervenant dans la CR notamment WOOBIN, ENDA Pronat, ANCAR.

Mais l’analyse de la capacité d’adaptation a comme préalable un diagnostic du niveau de vulnérabilité. Dans ce cadre, le savoir local sera privilégié car la perception des producteurs de leur niveau de vulnérabilité peut nous apprendre des aspects omis par les résultats scientifiques ou les jugements d’experts. Ainsi, la perception globale des producteurs est une variation ou une baisse de la pluviométrie, une augmentation de la température, la dégradation des sols, la réduction du couvert végétal et de la faune ;  une vulnérabilité socio économique marquée par une forte concentration humaine, une insécurité foncière, un niveau de vie en dessous du seuil de survie.

Au terme de l’analyse, il apparait que face aux incertitudes du climat, les exploitations agricoles de la CR de Keur Moussa apparaissent certes vulnérables, mais également résilientes. Il semble, de ce fait, que les populations rurales généralement pauvres peuvent avoir une bonne capacité d’adaptation car  le niveau de vulnérabilité n’est pas seulement lié au niveau d’aisance matérielle mais aussi à la volonté de faire face à la péjoration du climat.

Mots lés : variations climatiques, vulnérabilité, stratégies locales d’adaptation, exploitation agricole, perception.

Thèmes: Agriculture, pêche et sécurité alimentaire, Eau, Négociations climatiques internationales, Pauvreté et vulnérabilité

Régions: L'Afrique de l'Ouest

Pays: Sénégal

Abonnés: 2 personnes suivent ce projet

Résumé: