Le Partage des Connaissances
pour l'adaption aux changements climatiques

Nouvelles

Faites la connaissance de notre nouvelle Responsable en charge du partage des connaissances!

jnnam | 2012-01-31 11:29

Faites la connaissance d’Oumou Koulibaly, basée à EDNA

Qui est Oumou ?
Mon nom est Oumou Koltoum Koulibaly ; je suis originaire du Burkina Faso. J’ai obtenu mon diplôme de littérature et civilisation anglaises à l’Université du Burkina Faso et j’ai, plus tard, obtenu ma Maîtrise en gestion et administration culturelles dans la même Université. En 2009, j’ai obtenu un diplôme d’études approfondies en développement rural international à la Royal Agricultural College (RU), option : changement climatique.

J’adore tout ce qui a trait à l’environnement, au changement climatique, au développement durable et à la réduction de la pauvreté. Je m’intéresse de plus en plus à l’agriculture en tant que secteur qui fournit à 70-90 % de la population africaine ses moyens de subsistance et aussi en raison du fait que le secteur agricole est le plus vulnérable aux effets du changement climatique. À mes moments libres, j’adore naviguer sur Internet, regarder des films, voyager, créer des réseaux et pratiquer la natation.


Qu’est-ce qui vous a amené à entrer à africaadapt_production ?
J’ai été inspirée par la mission du projet [qui est d’améliorer les moyens de subsistance des populations vulnérables en Afrique grâce à l’accroissement de l’accès et à l’utilisation par toutes les parties prenantes du capital de connaissances sur l’adaptation au changement climatique]. Certes, il existe en Afrique de nombreuses organisations impliquées dans les activités ayant trait au changement climatique, mais l’on note un manque de communication permettant d’atteindre les communautés vulnérables. En conséquence, l’idée d’un partage de connaissances organisé entre et avec elles est une bonne démarche pour tirer parti de leurs riches connaissances traditionnelles.

Étiez-vous précédemment impliquée dans toute activité relative au changement climatique ?
Mon premier « contact » avec le changement climatique date de décembre 2006, époque où je travaillais avec M. Alain Édouard Traoré, vice-président pour l’Afrique de la CSD 15 (Commission sur le Développement Durable), en tant qu’assistante bilingue. Au cours de ladite période, j’ai participé à une réunion de la CSD15 à New York. Cette expérience a éveillé ma conscience aux questions environnementales clés, et j’ai décidé d’approfondir mes connaissances en la matière.
En 2008, j’ai obtenu une bourse pour étudier le développement rural international au Royaume-Uni et j’ai choisi le changement climatique comme l’une de mes options. J’ai fait un stage à l’Institut international pour l’environnement et le développement (IIED), où je me suis appesantie sur l’impact socioéconomique et environnemental de la production et de la consommation de la viande et des produits laitiers dans les pays en développement. Le thème de mon mémoire de recherche portait sur « Le changement climatique et ses effets sur l’agriculture pérenne au Burkina Faso : adaptations et atténuations ».


À quoi vous attendez-vous le plus dans votre nouvel emploi en qualité de responsable du partage des connaissances ?
Au nombre de mes objectifs de carrière, figure l’élaboration de stratégies visant à accroître les moyens de subsistance des populations démunies vivant en zone rurales et à renforcer leur résistance au changement climatique et à d’autres problèmes environnementaux. Je pense que mon poste de responsable du partage des connaissances me permettra d’interagir avec les décideurs et les communautés et me rapprochera de l’atteinte de mes objectifs.