Le Partage des Connaissances
pour l'adaption aux changements climatiques

Bassin arachidier du Sénégal : 47 millions pour améliorer la productivité du riz pluvial

L’Institut sénégalais de recherches agricoles (ISRA) et Centre international coréen d’agriculture (KOPIA) viennent de ficeler un projet d’un coût de 47 millions de francs CFA, en vue notamment d’une amélioration de la productivité du riz pluvial de plateau dans le bassin arachidier. Le directeur général de l’ISRA Alioune Fall et celui de KOPIA, Kim Kee-Jong, ont paraphé, lundi, à Dakar, un document dans ce sens.

C’est un début de coopération en matière de recherche, a affirmé M. Kee-Jong, avant d’ajouter : ‘’Nous allons travailler pendant trois ans ensemble en souhaitant que, dès l’année prochaine, nous développerons plus de projets.‘’

Ce projet vise à mettre à la disposition des producteurs, des variétés adaptées, des semences de qualité et des techniques de production améliorées, a souligné le directeur de l’ISRA. Il a rappelé que l’Etat du Sénégal s’est engagé dans un vaste programme visant l’autosuffisance en riz à l’horizon 2017.

Selon lui, ‘’ce programme établit la contribution des différentes zones de production dont le centre sud du bassin arachidier où existent d’énormes potentialités en termes rizicultivables. L’objectif assigné à la zone est de 18 000 hectares’’.

M. Fall a signalé que les rendements moyens enregistrés sont faibles en grande partie à cause de la faible utilisation des variétés améliorées, de la non maîtrise des techniques de production, de la faible fertilité des sols et de la variation pluviométrique.

‘’La Corée, a souligné le directeur général de l’ISRA, s’inscrit directement dans la dynamique du Plan Sénégal émergent défini par le chef de l’Etat. L’objectif est d’atteindre l’autosuffisance en riz en 2017, avec une production d’un million 600 000 tonnes en riz +paddy+ afin d’arrêter définitivement l’importation du riz au Sénégal.’’

Il a indiqué qu’une expérimentation a été faite par les chercheurs du Centre national de recherches agronomiques (CRA) de Bambey, sur des variétés de riz comme le ‘’nérica’’, qui ont été testées dans d’autres zones du centre et du sud du pays. Il s’agit de faire en sorte que le bassin arachidier (Kaolack- Fatick) contribue de façon significative dans l’autosuffisance en riz.

La technologie post-récolte constitue l’un des volets du projet. Alioune Fall signale que des pertes tournant autour de 25 à 30% ont été enregistrées cette année dans la production de riz’’. Si ce gap est limité, l’objectif de l’autosuffisance en riz serait atteint, a-t-il indiqué.

Concernant le volet facilitation de la conservation, de la transformation et de l’usinage du riz, il a souligné que le but recherché est d’’’augmenter les performances en termes d’usinage pour disposer d’un riz blanc de qualité sur le marché afin que les consommateurs puissent apprécier’’.

Le projet vise également la production de l’oignon, avec un accent sur l’étalement et la conservation. L’objectif consiste à produire l’oignon durant toute l’année, a-t-il précisé, en insistant sur l’importance de semences de qualité.

Source: APS

Retour à Nouvelles